Qui ne se souvient comme moi de ces lectures faites au temps des vacances, qu'on allait cacher successivement dans toutes celles des heures du jour qui étaient assez paisibles et assez inviolables pour pouvoir leur donner asile?
(Marcel Proust, Sur la lecture)

 

 

Plage, montagne, ville, camping, hôtel, avion, train, voiture... peu importe le lieu ou le moyen d'y arriver, nous vous avons sélectionné des ouvrages pour petits et grands, qui vous feront tour à tour, rire, pleurer, interroger, frémir, évader, voyager !!!

 

Polars frissons...

 

Marié depuis sept ans à Rita, dont il a deux adorables fillettes, Isabella et Magdalena, Peter Mattéus, publicitaire suédois, est un homme comblé. Jusqu'au jour où il reçoit un appel d'Espagne. Il y a vécu jadis et y a connu une bande de jeunes et joyeux contrebandiers d'armes à laquelle il s'est lié par amour pour la belle Naiara, et par goût exalté du romantisme. Mais Svante Berger - c'était alors le nom de Peter - a trahi ses compagnons, s'est enfui et, aujourd'hui, doit payer l'addition. Contraint de se rendre avec sa femme sur la Costa del Sol, embrasée par un renouveau de terrorisme, il est « accueilli » par Aitor Usetxe, qui exige que le Suédois tue Jesùs Maria Montanas, leur ancien ami, chef de la police d'Estepona puis homme politique, marié à Naiara, et responsable à l'époque de l'assassinat du jeune frère d'Aitor - Peter l'avait informé du rendez-vous clandestin sur la plage... Peter commence par refuser cette « mission » mais, à Stockholm, les contacts d'Aitor menacent d'enlever Isabella et Magdalena, et Rita est sur le point de craquer quand elle comprend qu'elle ne sait rien de l'homme qui l'a épousée. Comment Peter se sortira-t-il de ce piège infernal ?

Un grand livre de suspense par l'auteur des Enquêtes d'Erik Winter, traduites dans plus de vingt langues.

 



 

Parmi tous les criminels que le professeur Tony Hill a mis derrière les barreaux, il en est un qui a particulièrement influencé sa vie et sa carrière.

Un tueur en série plus diabolique que tous les autres. Un tueur en série qui a le don de lui glacer les sangs : Jacko Vance.
Et aujourd'hui Jacko est de retour. Encore plus retors qu'avant, il veut prendre sa revanche sur Tony -et sur l'inspectrice Carol Jordan- pour les années qu'il lui a fait passer en prison.
Tony ne sait ni où ni quand le tueur va frapper. Touts ce qu'il sait, c'est que sa peur ne connaîtra plus de limites et que Jacko va user de tous les moyens pour détruire sa vie.

Val McDermid joue, à nouveau, avec nos nerfs et démontre tout son talent pour nous immerger dans la psychologie de ses personnages mémorables !!!

 



 

Illustrateur de 37 ans, Ray doit abandonner sa vie de célibataire et ses activités professionnelles pour retourner dans la maison familiale suite au décès accidentel de son père. Il y retrouve Thomas, son cadet, et du même coup toutes les difficultés qu’il pensait avoir laissées derrière lui.
Thomas est en effet atteint de schizophrénie, il vit replié dans sa chambre et passe ses journées sur son ordinateur, devant un programme de cartes interactives baptisé Whirl360. Convaincu de l’imminence d’une attaque terroriste, Thomas s’est donné pour mission de mémoriser les plans des grandes villes de la planète afin, le moment venu, de venir en aide aux agences de renseignement.
Mais aujourd’hui, Thomas est plus agité qu’à l’ordinaire. En explorant virtuellement Manhattan, il pense avoir surpris une scène de meurtre, une femme à une fenêtre, la tête dans un sac, asphyxiée et n’a désormais de cesse que de harceler Ray pour qu’il aille vérifier sur place.
De guerre lasse et bien décidé à prouver à son frère qu’il a certainement rêvé, Ray se rend donc à Manhattan, déclenchant malgré lui une spirale tragique…
Adultère, schizophrénie, nouvelles technologies, meurtres…

Un thriller aux confins de nos angoisses, par le créateur de frissons.

 



 

Après un long congé maladie, l'avocate Rebecka Martinsson est de retour, en mission pour son cabinet, dans sa ville natale de Kiruna. Mais les retrouvailles sont loin d'être aussi paisibles que le suggèrent les forêts enneigées de Laponie. Une femme pasteur, dont l'engagement féministe suscitait des remous dans la communauté, est retrouvée sauvagement mutilée, pendue à l'orgue de son église. Cette exécution fait remonter en Rebecka le souvenir traumatisant d'une enquête sur le meurtre d'un autre pasteur à laquelle elle avait participé un an auparavant.
Le coupable est-il le même ? Y aura-t-il d'autres victimes ? La terre, désormais, semble prête à dévoiler le sang versé... Ce suspense implacable, somptueusement éclairé par les lumières polaires, révèle tout ce qui rend Asa Larsson incontournable : une intrigue parfaitement menée, une écriture singulière, envoûtante et une grande sensibilité psychologique.

 



 

Bosch vient de décrocher un sursis de trois ans avant d’être mis à la retraite d’office lorsqu’il se voit confier un cold case datant de 1989. Viol suivi de meurtre, ADN, antécédents judiciaires et profil psychologique, tout incrimine un certain Clayton Pell. Un suspect… qui n’aurait eu que huit ans au moment des faits. Erreur du labo ou faute impardonnable de deux inspecteurs ? Les conséquences de ce cafouillage s’annonçant monumentales, Bosch se met immédiatement au travail lorsqu’il est appelé sur une scène de crime. Un homme se serait jeté du septième étage du célèbre hôtel de Los Angeles, le Chateau Marmont. La victime, George Irving, est le fils d’un conseiller municipal très influent à L.A., un homme qui n’a jamais porté Bosch dans son coeur. Pourquoi exige-t-il que ce soit lui qui mène l’enquête ?
Deux intrigues menées en parallèle, l’une révélant la corruption de politiciens obnubilés par leurs profits, l’autre la monstruosité de prédateurs sexuels, et une description de Los Angeles qui fait froid dans le dos. Avec Ceux qui tombent, Connelly a réussi le coup presque parfait : des intrigues qui ont du répondant, un arrière-plan social très présent et une profondeur psychologique (philosophique ?) indéniable.

 



 

Quand un policier d'Oslo est assassiné à la date anniversaire et sur les lieux d'un crime non élucidé, cela n'est certainement pas un hasard. Et lorsque deux autres policiers qui ont participé à des enquêtes infructueuses sont tués à leur tour, c'est une évidence : un meurtrier brutal aux méthodes bestiales rôde dans les rues de la capitale norvégienne.La police ne dispose d'aucun indice et, pire encore, elle déplore l'absence de son meilleur limier. Mais aujourd'hui, l'inspecteur Harry Hole n'est plus en mesure d'aider ni de protéger quiconque.Pendant ce temps, à l'hôpital d'Oslo, un homme gravement blessé est dans le coma. Personne ne connaît son nom. Même les policiers chargés de le protéger n'ont pas le droit d'approcher le patient. S'il reprenait conscience, cet inconnu aurait pourtant bien des secrets à révéler? Avec ce dixième volume des enquêtes de l'inspecteur Harry Hole, Jo Nesbø déploie une fois encore son talent exceptionnel et confirme qu'il est le maître du thriller scandinave.

 



 

Depuis quelques années, Marianne vit seule avec son fils à Dutch Island, petite île pittoresque de l'Etat du Maine. Elle a choisi cet endroit isolé pour échapper à son mari, Moloch, un criminel particulièrement violent et dépravé qui la maintenait sous sa coupe. Aujourd'hui Moloch croupit en prison. Du fond de sa cellule, il fait des rêves étranges auxquels il se sent lié. Il y est question de piraterie, de massacres et de pillages. Une histoire qui ressemble étrangement à celle des premiers colons de Dutch Island, autrefois appelée Sanctuary. Cette histoire, Joe Dupree, l'unique policier local, en est le dépositaire.
Apprécié de tous, Joe garde un statut particulier dans l'île. La faute à son regard, toujours triste, qui lui vaut le surnom de Mélancolie Joe, et à sa stature de géant. Ces derniers temps, il a senti un changement dans l'île. Les anciens du village aussi. Il y a une recrudescence des événements singuliers dont Dutch Island a toujours été le théatre. Des apparitions de silhouettes à l'orée des bois. Une densification anormale de la végétation. Quelque chose est à l'oeuvre. L'orage se prépare.
A la faveur d'un transfert, Moloch s'échappe grâce à l'aide de complices. Dans sa tête résonne l'écho d'un cri : vengeance. Mais reste à savoir s'il en sera le bras armé ou la victime...

John Connolly balade, comme personne,  le lecteur, vite pris au piège, dans un suspense intense, nimbé de fantastique. Pour les amateurs de frissons !

 



 

Un hélicoptère médicalisé volant au-dessus de la mer Baltique transporte le policier Fredrik Broman. Il a une grave blessure à la tête et personne ne sait s’il va survivre.
Trois semaines plus tôt, deux cadavres ont été trouvés, assassinés dans une ferme près de Levide baignant dans leur sang, mort depuis deux jours. Une femme tuée d’un coup à la tête et un homme coupé en morceaux de manière si violente qu’il est méconnaissable. Le propriétaire de la ferme, Arvid Traneus, vient juste de rentrer du Japon après plusieurs années passé à travailler pour une grande société. Au début de l’enquête, la police pense que l’homme assassiné est Arvid Traneus puisque la femme retrouvée à côté du mort n’est autre que son épouse. Lorsque les preuves révèlent une tout autre vérité, l’enquête prend une tournure différente même si le meurtrier semble avoir disparu sans laisser de traces. Fredrik Broman et son équipe font tout leur possible pour résoudre ces meurtres violents. Mais le tueur n’a pas l’intention de s’arrêter là…

 

Satanés auteurs suédois capables de jouer avec nos nerfs comme personne...

Un polar diabolique, chaudement recommandé !!!

 



 

La folle aventure du Mesrine Hongrois: quand la réalité dépasse toutes les fictions !

 

Attila Ambrus a toujours affiché un goût prononcé pour le Johnnie Walker, les voitures de luxe et les filles en pantalon léopard. Arrivant de Transylvanie, il s’est installé à Budapest en 1988 et a cumulé bon nombre de petits boulots : fossoyeur, contrebandier de peaux d’animaux, joueur de hockey professionnel, etc., avant de se dire que le meilleur moyen de joindre les deux bouts serait sans doute de braquer des banques. Attila est alors devenu un véritable gentleman cambrioleur, poli et plein de charme, ne versant jamais une goutte de sang, offrant des fleurs aux employées des banques qu’il dévalisait et laissant des bouteilles de champagne à l’attention de ses poursuivants. Dans un pays gangrené par la corruption la plus surréaliste, en pleine transition entre la fin du communisme et l’irruption d’un capitalisme sauvage, prétexte aux absurdités les plus délirantes, notre homme est vite devenu un héros national, surnommé « Le Robin des bois des pays de l’Est ». Évadé de prison en 1999, il est alors confronté à une véritable chasse à l’homme, largement médiatisée, menée par l’inspecteur Lajos Varju, un inconditionnel de la série Columbo, qui s’identifiait étrangement au célèbre policier à l’imperméable.
Avec cette aventure aussi irrésistible que palpitante, qui évoque autant Mesrine que La Panthère rose, Julian Rubinstein a mis la main sur une histoire en or qui ravira tous les amateurs de romans noirs bien frappés. Les  droits d'adaptation du livre ont été achetés par Johnny Depp, qui envisage d'interpréter sur grand écran le rôlr d'Attila.

 

Plusieurs fois récompensé pour son travail, Julian Rubinstein vit à New York. Journaliste, il s’est spécialisé dans l’immersion en milieu hostile, que ce soit au sein de tribus amazoniennes ou de Hell’s Angels canadiens. Il a, notamment, travaillé pour le New Yorker, le New York Times Magazine, Rolling Stone, The Washington Post.

 



 

L’été s’achève et la nature réserve aux habitants de Three Pines un dernier éclat… terrifiant. Un mort est découvert dans l’endroit le plus vivant du village : le bistro d’Olivier. De prime abord, personne n’admet connaître le vieil ermite assassiné. Armand Gamache et son équipe reviennent dans les Cantons-de-l’Est pour sonder les strates de mensonges et de non-dits que dissimule le vernis idyllique des lieux. Des sentiers oubliés les conduisent au fond des bois, là où se cachent des secrets et des trésors honteux. Le chaos s’est infiltré dans cette beauté sauvage et ce qui attend l’inspecteur-chef n’est rien de moins qu’une révélation brutale.

 

A nouveau du grand, très grand, Louise Penny.
Dans cet opus très réussi, on retrouve avec un plaisir non dissimulé l'inspecteur-chef Armand Gamache, au flair toujours aussi aiguisé, prêt à tout pour résoudre cette nouvelle énigme dans le cadre si attachant du petit village de Three Pines !

 



 

Elizabeth a disparu. Maud ne cesse de retrouver des bouts de papier dans ses poches, avec ce simple message. Elizabeth a disparu. Le plus troublant : c’est sa propre écriture. Mais elle ne se souvient pas avoir écrit ces mots. Maud ne se souvient d’ailleurs plus de grand-chose ces derniers temps. Elle ne se souvient plus de l’heure, ni si elle a mangé ni si sa fille est venue la voir. Ce qu’elle sait, en revanche, c’est qu’elle n’a pas vu sa vieille amie Elizabeth depuis longtemps. Trop longtemps. Lorsqu’elle tente d’alerter ses proches, elle a droit à des sourires indulgents, personne ne la prend au sérieux, elle est septuagénaire et on la traite comme une enfant de 4 ans. Malgré tout, Maud est de plus en plus persuadée que quelque chose est arrivé à Elizabeth. De la même façon que quelque chose est arrivé, cinquante ans plus tôt, à sa propre sœur aînée, Sakey, dont la disparition ne fut jamais élucidée. Maud ferait-elle un transfert inconscient ? Confondrait-elle le passé et le présent ? Mais n’y a-t-il pas tout autant de mystères autour d’elle aujourd’hui qu’à l’époque ? Maud va bientôt devoir remettre en question ses rares certitudes afin de faire la vérité sur son passé… et sur son présent.

 

Avec ce roman phénomène faisant preuve d’un incroyable suspense psychologique, Emma Healey nous transporte littéralement dans l’esprit de Maud, atteinte de la maladie d’Alzheimer, avec une empathie et une justesse peu communes. Tout comme son inoubliable héroïne, le lecteur sera confronté, dans ce thriller irrésistible, à une perte totale de repères pour tenter de reconstituer un puzzle aussi captivant que complexe.

 


Romans détente

 

Quand Imogen et Anna héritent de façon totalement inattendue de la petite boutique de crèmes glacées de leur grand-mère, leur vie va se trouver chamboulée.
Le glacier qui se trouve à Brighton en bord de mer possède énormément de charme mais n’attire plus les clients. L’été approchant à grand pas, les deux sœurs vont devoir trouver des solutions !
Leur meilleure volonté pourra-t-elle surmonter les tensions dans leurs familles leurs vies sentimentales agitées et le très réputé climat anglais ?
Une chose est sûre, cet été ne sera pas comme les autres…

Grâce à une jolie histoire pleine de charme, et des personnages auxquels la lectrice peut s’identifier facilement, ce roman nous montre que le bonheur est fait de petits plaisirs simples et à portée de chacun.

 



 

Une maison dans un coin perdu du pays de Galles ou les portables ne passent pas. Un temps à ne pas mettre le nez dehors. Quatre adultes, trois ados et un enfant coincés là pour une semaine. car Richard a eu l'idée saugrenue de vouloir se réconcilier avec sa soeur, Angela, qu'il évitait depuis vingt ans. Médecin quadragénaire, il est accompagné de sa dernière épouse en date, Louisa. Angela est venue avec Dominic, son mari. Leur couple bat de l'aile, elle déprime sec tandis que Dominic surfe sur le réel. Du côté des ados, il faut compter la fille de Louisa, Melissa – une vraie pimbêche –, et les deux aînés d'Angela : Alex, en pleine révolution hormonale, et Daisy, plongée dans une crise mystique. Reste Benjy, huit ans, tourmenté par les interrogations métaphysiques propres à son âge.
Chacun rumine de vieux griefs, repeint l'histoire à sa manière, fomente des alliances, des conquêtes et des trahisons avant de prôner la réconciliation. Bref, le bonheur des vacances en famille...

 

Une brillante comédie de moeurs, un regard irrésistible sur les relations familiales, ou l'on retrouve la patte de l'auteur du Bizarre Incident du chien pendant la nuit.

 



 

Edo Mesch est un petit garçon de huit ans plutôt anxieux, et pour conjurer ses peurs il s’est inventé un double : Oscar Vanille. Sa vie tourne d’autant plus autour de ce personnage imaginaire et de sa mère qu’il se sent handicapé par un bandage sur un œil. C’est seulement grâce à une voisine attirante qu’il commence timidement à s’ouvrir sur le monde extérieur.
Pour l’été de ses dix-sept ans – Edo est entre-temps devenu un adolescent égocentrique qui tyrannise sa mère –, il rejoint son oncle et sa tante dans leur magnifique maison des années 30. La géométrie épurée des lieux semble d’abord calmer ses angoisses, mais très vite une fascination érotique pour sa tante Simone le pousse à provoquer un conflit violent, suivi d’une déclaration d’amour. Edo finit par s’enfuir dans une confusion totale.
Sept ans plus tard enfin, Edo rencontre Marta, une femme plus âgée et mère de deux enfants. Il se présente à elle sous le nom d’Oscar Vanille, puis se sépare de sa petite amie de longue date, Nina. Après une parenthèse à Rome où il tente d'écrire une encyclopédie du bonheur avec un apprenti acteur, Edo rentre à Amsterdam où ses crises de panique le reprennent. Il décide alors de s’embarquer sur un vieux voilier. Dans des circonstances troubles, Edo tombe à l’eau…

Robes d’été flottant au vent est un roman de formation magistralement construit en trois parties qui nous offre autant de variations sur le thème du conflit entre raison et sentiments. Oek de Jong a créé avec Edo un personnage littéraire inoubliable, incarnant un héros fragile en quête d’une harmonie existentielle qui s’échappe toujours. Son écriture frappe par une sensualité à fleur de peau et par cette omniprésence de la nature, comme ce vent soulevant les robes d’été qui donne son titre au roman.

 



 

«C'est à la fin de 1906, à Versailles. Je suis minuscule (j'ai dix-sept ans mais l'air d'en avoir treize), je gagne ma vie comme coursier. Un jour, le portier d'une grand hôtel me demande de retrouver un cornet qu'un riche client a perdu. Je me dis qu'il doit s'agir d'un sourd, je monte à sa chambre et frappe avec force, on m'ouvre.
J'attendais un vieillard, je vois un homme encore jeune, mal rasé, pâle et inquiet. Il se penche vers moi et me dit d'une voix plaintive : "Pourquoi frapper si fort, mon enfant?
– Je ne suis plus un enfant, Monsieur, je frappe fort parce que vous avez perdu votre cornet.
– Mon cornet? Quel cornet?
– Votre cornet acoustique, Monsieur."
Monsieur Proust, c'était lui, pousse un cri aigu, court se rouler sur un canapé couvert de papiers et de journaux. Il râle, gémit, va s'étouffer, j'ai peur. Non, il rit, je l'imite.
Il est écrivain, il n'a pas quarante ans, je n'en ai pas vingt, ni lui, ni le gamin que je suis, ni personne ne peut imaginer le futur, pour le moment nous rions. Nous suffoquons ensemble, nous sommes heureux, le temps de ce qu'il appellera toujours "nos secrètes enquêtes" a commencé.»

 

Le roman de Pierre-Yves Leprince est un feu d'artifice, pas toujours maîtrisé cependant, mais il est formé d'un subtil alliage d'admirations, d'allusions et d'imagination. L'amitié particulière que Marcel porte à Noël, la sortie en automobile, l'étude des couleurs, les afféteries du personnage dans la prononciation des mots («beau» prononcé avec un «o» ouvert), autant d'épisodes où on vérifie que M. Leprince n'a pas besoin d'être de Sagan ou de Guermantes pour connaître son bottin proustien sur le bout des doigts. Érudit et malicieux, son ouvrage prend sa source dans une oeuvre monumentale. Mais il sait aussi s'en libérer. Traversé de personnages hauts en couleur, qui viennent du roman-feuilleton, il réserve plus de surprises et de dépaysement que de nombreux récits de voyage.

 



 

Isolée dans son petit village anglais, Eve décide d’écrire à son auteur favori, un américain qui habite une maison en bord de mer. Elle n’imagine pas que ce premier courrier n’est que le début d’une longue correspondance.Derrière les voiles de l’anonymat procurés par la distance, Eve et Jack se livrent. Liés par leur amour de la cuisine, leurs lettres contiennent des confidences qu’ils ne peuvent pas faire à d’autres. Jack est en panne d’inspiration, sa femme vient de le quitter et il n’est pas très satisfait de sa vie. Quant à Eve, elle se sent seule et ne parvient plus à comprendre sa fille. L’écrivain et la mère de famille s’épaulent, se conseillent. Leur correspondance, de plus en plus intime, bouleverse progressivement leurs vies. Et s’il était possible d’être heureux, après tout ?

 

Un roman tendre dans l’esprit du Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates.

 



 

Un balcon, une mauvaise chute. Une femme étendue dans le coma. Chambre numéro 5, Sylvia. A son chevet défilent ses proches : son ex-mari, sa meilleure amie qui est aussi sa maîtresse, sa soeur, sa fille, son employée de maison. A chacun de leurs passages, tous se livrent, évoquent des souvenirs, font ressurgir des rancoeurs. Qui est finalement Sylvia ? Chacun en dresse un portrait parcellaire. Son portrait d'après sa relation à cette femme.

 

Cette chère Sylvia... est un roman divertissant, malgré son sujet en apparence lourd, et promet de bons moments de détente à son lecteur. Dawn French met en scène une galerie de personnages à la fois attachants - bien qu'un brin caricaturaux - et souvent décapants.
Une lecture drôle et piquante. L'occasion d'un bon divertissement.

 



 

Lil aime Tiago, Tiago aime Lil. Tout serait simple et lisse si la jeune femme ne vivait pas dans l’angoisse constante d’être abandonnée par son taiseux compagnon. Fragile comme un oisillon voletant de doutes en incertitudes, Lil trimballe ses pensées mélancoliques au fil de La méridienne du cœur, quatrième roman d’Aurelia Jane Lee. Promenade dans l’esprit torturé d’une petite fille qui voulait être parfaite.

 

Elle se pose des questions. Elle se remet en question. Pas rarement, pas parfois. Ni même souvent. Sans arrêt. Sans se laisser de répit ni s’accorder la moindre trève. Persuadée qu’elle n’est pas assez bien pour Tiago, Lil s’oublie totalement pour ne plus vivre qu’à travers lui. Lui plaire, se montrer irréprochable pour toujours garder son corps et son cœur à ses côtés, tels sont les impératifs de cette amoureuse transie qui se refuse le bonheur.

 

Tantôt puériles, tantôt brillantes, ô combien attachantes, les divagations de Lil font voyager le lecteur dans un monde intérieur complexe. L’écriture, légère et parsemée de perles poétiques, baigne dans un romantisme rarement mièvre. Aurelia Jane Lee alterne avec brio les phrases courtes qui font mouche et les longues tirades entêtantes au rythme maîtrisé. Attention, amateurs d’action et de rebondissements s’abstenir : ici, on parle de sentiments à pas feutrés. Ce n’est pas un blockbuster de la littérature, plutôt un film d’auteur touchant, réservé à un public qui aura la patience de regarder s’éclore silencieusement une fleur.

 

Si c’est votre cas, vous vous immergerez avec délice dans ce roman cotonneux, intelligent, empreint de belles réflexions sur la vie et surtout, sur l’amour. A savourer le soir, avec une musique douce.

 



 

 

Angleterre, 1972. Byron Hemmings, onze ans, apprend de la bouche de son meilleur ami que deux secondes vont être ajou­tées au temps, afin de faire coïn­ci­der l’heure offi­cielle avec la rota­tion réelle de la Terre. Cela le ter­ri­fie. Toucher au temps n’est-il pas extrê­me­ment dan­ge­reux ? En petit garçon res­pon­sa­ble, il écrit à la BBC, à la Nasa, à son député… Mais per­sonne ne semble pren­dre la mesure du danger. Lorsqu’il voit l’aiguille des secondes de sa montre recu­ler, il se jette sur sa mère, Diana, pour qu’elle en soit témoin. Celle-ci, au volant, a un ins­tant d’inat­ten­tion. Et l’irré­pa­ra­ble se pro­duit… La vie par­faite cons­truite par Diana s’effon­dre peu à peu. Qui en est le véri­ta­ble res­pon­sa­ble ? La fata­lité ? Le hasard ? Ou ces deux secondes qui n’auraient jamais dû exis­ter ?

 

Fragilité des êtres, de l’exis­tence, mais aussi rédemp­tion par l’amitié et l’amour, tels sont les thèmes abor­dés dans ce texte tendre et poé­ti­que.

 

Après le succès de La lettre qui allait chan­ger le destin d’Harold Fry arriva le mardi… Rachel Joyce livre un deuxième roman bou­le­ver­sant, d’une grande déli­ca­tesse.

 



 

Les contes de fées, il y a bien longtemps que la jeune Sapna Sinha n'y croyait plus. Écartelée entre un propriétaire sans scrupules, une soeur qui se prend pour Miss India et une mère malade, elle a dû renoncer à ses rêves et accepter un poste de vendeuse en électroménager.
Et puis un jour, le miracle ! Le rendez-vous qu'elle attendait avec son destin. Ou en l'occurrence avec Acharya, un industriel richissime, qui lui fait une proposition hallucinante. Son entreprise, sa fortune, il lui lègue tout. À une condition : que Sapna réussisse sept épreuves.
Don du ciel ou pacte avec le diable ?
Et voilà notre jeune Sapna embarquée dans une suite d'aventures rocambolesques où elle devra, pêle-mêle, sauver une jeune fille d'un mariage arrangé, démasquer l'avarice d'une star bollywoodienne adulée, partir à la rescousse d'enfants réduits en esclavage ou encore révéler l'odieux trafic d'un médecin au-dessus de tout soupçon.
Dans ce périple au bout d'elle-même, Sapna saura-t-elle ne pas se perdre ? Jusqu'où est-elle prête à aller pour quelques milliards et une roupie ?

 

Après Les Fabuleuses Aventures d'un Indien malchanceux qui devint milliardaire et Meurtre dans un jardin indien, le grand retour de Vikas Swarup. Un palpitant conte de fées moderne sur une jeune femme pauvre de New Dehli qui se voit offrir une fortune par un mystérieux milliardaire. Mais à quel prix ? Entre réalisme brut et merveilleux débridé, un panorama fascinant de l'Inde d'aujourd'hui.

 



 

Un couple qui bat de l'aile, une ado en pleine crise autodestructrice, un petit garçon souffre-douleur à l'école : l'heure est venue pour Susannah de prendre en main la situation. Et pour cela, elle a une solution radicale.
Direction l'îlot de Sounder, perdu au beau milieu de la baie de Vancouver. Une unique épicerie-laverie, quelques habitants, autant de poules, et le grand air : au moins, ici, ses enfants seront préservés du monde.
Depuis sa fenêtre, Betty Pavalak, matriarche de l'île, s'interroge : qu'est-ce qui a pu pousser cette jeune femme à mettre trois mille kilomètres entre elle et son quotidien ? Pourquoi son mari ne l'a-t-il pas accompagnée ? Que fuit-elle vraiment ?
Car personne ne vient jamais par hasard à Sounder. Betty, elle-même, y a déposé de nombreux secrets depuis cinquante ans...
Sur cette terre du bout du monde, Susannah arrivera-t-elle à oublier ses démons ? Trouvera-t-elle dans les lumières de l'île le chemin vers elle-même et vers les siens ? Pour sauver sa famille au bord de l'implosion, Susannah quitte tout pour s'installer avec ses deux enfants sur une petite île dans la baie de Vancouver. Elle y rencontre la charismatique Betty, qui avait suivi la même route cinquante ans plus tôt.

 

Portée par un cadre grandiose et des personnages fascinants, une formidable histoire d'amitié riche en rebondissements, qui nous parle de passion amoureuse, de dévouement maternel, d'espoir et de nouveau départ.
Dans un décor enchanteur, un roman plein de mystère et de charme sur l'amour maternel, la passion amoureuse et la tentation de changer de vie... Mais, surtout, une formidable histoire d'amitié entre deux femmes exceptionnelles.

 



 

C'est l'heure du grand départ. Ruth n'a jamais quitté le cocon familial, son doux confort occidental. Le choc promet d'être grand. Euan, son mari, a trouvé un poste au Bahrein. Mais c'est avant tout une nouvelle aventure, une grande expérience qu'ils vont vivre en famille, avec leur bébé. Une fois installée dans une des maisons du quartier des expatriés, Ruth déchante. Il n'y a rien à découvrir puisque sa vie est limitée à ce ghetto pour étrangers. Et l'inconnu, en fait, se trouve chez elle. Son mari n'est pas celui qu'elle croyait. Il les a emmenés dans ce pays pour accomplir une mission dangereuse, pour lui, et pour eux. Il les a mis en danger, sans rien lui dire, en lui mentant. Loin de chez elle, seule, angoissée par les périls qui les entourent: ceux qu'Euan a attirés sur eux, et ceux plus grands encore de la guerre d'Irak qui gronde juste derrière la frontière, Ruth est mise à l'épreuve. Euan sans cesse absent, le voisinage de Noor, une ado étrange qui s'accroche à elle et à son bébé de manière inquiétante, les menaces qui planent sur elle et son enfant vont pousser Ruth à explorer ses propres frontières et ses zones d'ombre.

 

Troublant roman d'initiation, Le point de rencontre dessine une cartographie existentielle et sentimentale: l'amour, la fidélité, la confiance, la foi, la responsabilité et la fin de l'innocence.

 



 

Un soir à Paris, une jeune femme se fait voler son sac à main. Laurent le découvre le lendemain, abandonné dans la rue, tout près de sa librairie. S’il ne contient plus de papiers d’identité, il recèle encore une foule d’objets qui livrent autant d’indices sur leur propriétaire : photos, notes, flacon de parfum? Désireux de la retrouver, l’homme s’improvise détective. À mesure qu’il déchiffre le carnet rouge contenant les pensées secrètes de Laure, le jeu de piste se mue en une quête amoureuse qui va bouleverser leurs vies.

 

Orchestrant avec humour coïncidences et retournements de situation, Antoine Laurain signe une délicieuse comédie romantique qui rend hommage au besoin de merveilleux sommeillant en chacun de nous.

 



 

Ove et le chat se sont rencontrés un matin à six heures moins cinq. Le chat a détesté Ove sur-le-champ. Le sentiment était plus que réciproque »
Dans le lotissement où il vit depuis quarante ans, Ove est connu pour être un râleur de la pire espèce. Mais depuis qu'il est sans travail, il se sent seul et inutile. Il erre dans sa maison, fait des rondes de quartier pour relever les infractions des habitants. Jusqu'au jour où, las de cette routine, il décide d'en finir. Corde au cou, debout dans le salon, il est prêt à passer à l'acte...
C'est sans compter l'arrivée de nouveaux voisins et d'un chat abandonné. Interrompant involontairement ses tentatives de suicide, ceux-ci vont peu à peu pousser Ove dans ses derniers retranchements et le ramener à la vie !
Tel un chat de gouttière amoché et craintif, à la fois drôle et touchant, Ove réveille l'instinct protecteur qui sommeille en chacun de nous. Mais attention, il griffe !

 

Une friandise suédoise a plusieurs facettes, pétillante, attendrissante, la vie selon Ove est un condensé d'humour et d'émotion. Un coup de coeur qui va à coup sur faire  parler de lui......VIVE OVE !!!!!

 



 

Publié en 1941, ce "récit" par Henry Miller de son voyage en Grèce en 1939-1940, interrompu par la guerre qui le renvoie, contre sa volonté en quelque sorte, aux États-Unis, marque un important tournant dans son écriture comme dans sa conception de la vie, qui trouveront leur achèvement provisoire par la suite avec "Big Sur et les oranges de Jérôme Bosch".

 

Saisissant rencontres et découvertes, des moments passés avec son ami Lawrence Durrell et son épouse, ou plus encore avec le "colosse de Maroussi", Katsimbalis, et d’autres compagnons de hasard, souvent fugitifs, du premier contact avec la Crète ou avec le Péloponnèse, Henry Miller dégage et renforce peu à peu, bien au-delà de la bohème des années passées, les éléments d’une mystique laïque, faite d’un curieux panthéisme, d’une célébration de la vie, de la simplicité et de la bienveillance, nimbées d’une profonde culture et d’une intense curiosité refusant tout estampillage académique…

 

Un étonnant tour de force, dont même certaines naïvetés occasionnelles (et certaines colères mémorables) ne peuvent gâcher la profonde incitation à penser et à vivre qu’il constitue.

 



 

À quarante-cinq ans, Blanca Perea s'est construit une existence qu'elle croit solide : un mariage qui dure depuis vingt-cinq ans, deux grands fils bien dans leur peau et une carrière universitaire honorable. Mais son mari la quitte. Dévastée, elle n'a plus qu'une idée : fuir l'Espagne et ses souvenirs. Elle accepte un emploi temporaire à Santa Cecilia, une université californienne. Elle y est chargée du classement des archives d'Andrés Fontana, professeur réputé, mort depuis trente ans.
Peu à peu, Blanca découvre qu'Andrés Fontana se passionnait pour les missions construites par les Jésuites en Californie. Et notamment pour la dernière de ces missions, dont la trace semble être perdue. Quand elle fait part de ses trouvailles à son entourage, elle provoque une curieuse agitation. Pourquoi le président de l'université s'inquiète-t-il soudain de ces vieux papiers oubliés ? Que cherche le séduisant Daniel Carter, universitaire de renom, en lui proposant son aide ? Et quelles relations entretient-il avec l'énigmatique fondation qui finance les archives ?
Malgré elle, Blanca se trouve plongée dans les secrets d'un très lointain passé. Des secrets qui, livrés au grand jour, vont l'entraîner vers une renaissance qu'elle n'aurait pas crue possible.

Un portrait de femme subtil et émouvant, une intrigue menée avec maestria : après L'Espionne de Tanger, le deuxième roman tant attendu du nouvel auteur phénomène espagnol.

 



 

Longbourn, Hertfordshire. Les journées se suivent et se ressemblent pour Sarah, orpheline entrée dès sa plus tendre enfance au service de la famille Bennet. La jeune femme de chambre travaille d'arrache-pied du matin jusqu'au soir, sous la supervision bienveillante de la généreuse et néanmoins très pointilleuse intendante Mrs Hill, qui veille à ce que chaque tâche quotidienne soit effectuée à la perfection. Toute la journée, elle lave, coiffe, coud, raccommode, vide les pots de chambre et accède aux moindres demandes des cinq demoiselles Bennet, désormais en âge de se marier. La jeune domestique se sent toutefois à l'étroit dans cet univers terne et étriqué, et aspire à découvrir de plus vastes horizons. Ne serait-il pas merveilleux de pouvoir un jour voler de ses propres ailes, sans avoir à se plier aux exigences d'un maître et aux contraintes d'une vie de servitude ? L'installation dans le domaine voisin de Netherfield du riche et séduisant Mr Bingley, accompagné de son valet et d'une horde de domestiques venus de la ville, rompt la monotonie du quotidien, et met la maisonnée en émoi. Tandis que Mrs Bennet frétille d'excitation à l'idée de marier sa fille aînée à un aussi beau parti, Sarah fait quant à elle la connaissance du fascinant Ptolémée, qui l'attire bien davantage que son jeune collègue James Smith, tout récemment engagé comme valet par Mr Bennet.

 

Jo Baker réussit un tour de force extraordinaire : au lieu d’une relecture plaisante et gentillette d’Orgueil et Préjugés côté cuisine, elle livre un roman remarquable avec son identité propre, ses personnages fouillés et attachants, ses problématiques sociales.

 



 

Si tout un chacun n'a pas envie de lire, tout le monde veut briller en société! Partant de ce constat aussi simple que limpide, Jean-François Derec a décidé de faire gagner du temps à ceux qui n'en ont pas. Auteurs, œuvres, il a réuni dans ce livre tout ce qui compte dans la littérature et nous propose un choix personnel, aussi arbitraire qu'inobjectif. Mais savamment résumé. Apollinaire, Nietzsche, Hamlet et Le Capital n'auront plus de secrets pour vous, et tout cela sans les lire! Finies les corvées, vous pourrez enfin en parler en véritable spécialiste sans en parcourir une seule page.

 

Décapant, iconoclaste et parfait pour décrisper vos zygomatiques !!!

 


Lectures pour ados

 

Sous le soleil des Hamptons, la vie est douce et le beau temps semble éternel dans la luxueuse maison de la plage. C’est ce que se dit Rory qui vient d’être engagée au service de la famille Rule. Elle succombe au charme de Connor, le fils aîné de la famille, devient amie avec Isabel, la sœur de ce dernier. À elle les virées en voitures de luxe et les fêtes sur la plage. Jusqu’au moment où les rivalités s’attisent ; on lui rappelle qu’elle vient d’un milieu plus modeste et ne fait pas partie de la famille… Un premier été au goût de citron, à la fois frais et acide… Joanna Philbin tire les ficelles d’un roman parfait pour l’été ! 

 



 

Amanda est une élève de collège odieuse. Pour le spectacle des fêtes de Noël, elle est le cobaye dans un numéro de femme coupée en deux. Lors d’une panne de courant, son camarade chargé du rideau de scène, Léo, a l’idée de voler la boîte contenant une partie du corps d’Amanda: rien de moins que son cœur. Du coup, des choses pour le moins étonnantes vont se produire.

 

Avec ce premier roman jeunesse, Olivier Pouteau nous transporte avec virtuosité dans un univers magique, il nous fait rêver l’impossible, un défi que réalise haut la main ce scénariste-réalisateur de téléfilms et de courts métrages. Une histoire délicieusement loufoque et très touchante qui pourrait d’ailleurs faire l’objet d’une adaptation cinématographique. Ce roman magnifie la femme en tant que mystère, il fait de son corps, de son cœur, de ses apparitions et disparitions, de l’étrangeté de la mort une analyse délicieusement poétique.

 



 

Nikki est une grosse nouille, enfin... selon la bande de la peste Mackenzie. Pleine d'humour celle-ci décide alors d'honorer sa réputation de nouille. Ponctué d'illustrations délirantes de sa composition, Nikki nous livre dans son journal toutes les anecdotes la concernant ! Découvrez ses croustillantes aventures !

 

Une sorte de « Journal d'un dégonflé », mais pour les filles !

 


 

Aujourd'hui, c'est l'anniversaire du prince Navillon 1er Pour l'occasion, Léonard et son disciple Basile sont chargés d'inventer le cadeau le plus génial de la Terre. Relève toi aussi le défi ! Réalise 15 expériences incroyables en compagnie de ton génie préféré : elles te permettront de comprendre des notions scientifiques essentielles. Une fois l'expérience faite, écris tes observations, essaie de comprendre ce qui s'est passé et note ton explication. De quoi faire travailler tes méninges ! Confronte tes hypothèses à l'explication fournie par l'auteur. Grâce à un texte clair et simple, il t'ouvre les portes de la connaissance scientifique. C'est sur, toi aussi, tu vas devenir un génie !

 


Le coin BD

 

Grrreeny aurait pu avoir une enfance de jeune tigre tout à fait normale. Mais après avoir nagé par hasard dans un lac pollué par la radioactivité, son pelage est devenu définitivement vert. Un accident qui lui a fait prendre conscience des nombreux dangers qui menacent l'environnement. Alors, même s'il a toujours envie de s'amuser avec ses potes et éliminer les braconniers dans sa réserve naturelle, il tente aussi d'agir à sa manière, avec plus ou moins de succès, et de sensibiliser son entourage à l'écologie. Grrreeny… mignon trash et vert malgré lui !

 

Dernier-né de l’imagination fertile du génial créateur de Kid Paddle, Grrreeny le petit tigre vert écolo s’amuse avec les notions de l’écologie pour mieux nous y sensibiliser. À travers les aventures de ce personnage (mascotte du magazine Wapiti), Midam nous donne, dans des gags en une planche dont il a le secret, sa vision du problème écologique de façon subtile et intelligente – quitte à taper aussi parfois sur les dérives associatives.

 



 

La BD des frères et soeurs ! Une série en pleine ascension ! Nina, la célébrissime pire des pires soeurs et son non moins fameux frère Tom sont de retour pour un album tout en quiétude, paix et amour...Vous ne me croyez pas ???! Bon, vous avez raison, planquez vos vases, vos livres, vos meubles, votre chat, Tom et Nina sont à nouveau là et ça va bouger !!

 



 

Poursuivant la lecture du journal de sa grand-mère, Natacha fait revivre les aventures de son aïeule, tout aussi sexy que sa petite-fille, et du grand-père de Walter, dans l'immédiat après-guerre. En route pour l'Europe, qu'ils rejoignent par voie maritime, ils se retrouvent aux prises avec l'ignoble Blackmoon, pirate, voleur et meurtrier sans foi ni loi, prêt à tout pour une poignée de perles fines. Lancés à ses trousses pour venir en aide à Jane, dont Blackmoon a tué le frère pour lui dérober le plan localisant la fameuse « île aux perles », ils vont découvrir que l'île tant convoitée n'est pas si déserte qu'elle en a l'air... Une aventure qui met en scène l'intrépide aïeule de Natacha, sur un scénario posthume de Sirius, mis intégralement en images par Walthéry, en pleine possession de son art.

 



 

Dans le prolongement de la tétralogie d’Airborne 44, le premier volet d’un nouveau diptyque, mené avec brio sur fond de Seconde Guerre mondiale.

 

Décembre 1944. Alors que dans les Ardennes, l’Allemagne nazie acculée vient de lancer une spectaculaire contre-offensive, tous les avions disponibles sont requis pour aller sur place soutenir les troupes alliées, durement combattues. Y compris les appareils civils de l’Air Transport Auxiliary, une organisation britannique qui a pour particularité d’intégrer des pilotes féminins. C’est l’une de ces opérations de convoyage entre l’Angleterre et la Belgique qu’assure la jeune Tessa, pilote américaine émérite engagée de longue date cette unité de soutien. Mais cette fois, elle joue de malchance. À la suite d’un duel aérien, la jeune femme fait un atterrissage d’urgence en forêt juste derrière les lignes allemandes. Tout près de Bastogne, là où les combats sont les plus durs… Une seule issue pour tenter de la récupérer : parachuter sur place un commando de secours. Une mission que vont prendre en charge Sebastian Leder et Tom De Witt. L’un et l’autre sont considérés comme des éclaireurs d’élite. Mais ils ont aussi pour point commun de bien connaître Tessa depuis leurs jeunes années, là-bas en Amérique…

 

Consacré par les lecteurs et la critique pour les deux diptyques d’Airborne 44 signé chez Casterman depuis 2009, Philippe Jarbinet en amorce un troisième dont voici le premier volume, S’il faut survivre. Moins qu’une véritable suite, il s’agit d’une histoire distincte, qui entretient néanmoins certaines correspondances avec les personnages et les situations rencontrés au fil des précédents albums.

 


Le coin des plus petits

 

Pourquoi le crayon rouge doit-il toujours servir à colorier les camions de pompier, les pères noël ou encore les cœurs ? Et pourquoi le crayon gris ne sert qu'à colorier les gros animaux tels que l'éléphant ou même la baleine à bosses ? Et surtout pourquoi le crayon rose n'est-il utilisé que par les filles ?
Ils en ont marre, les crayons, de toujours être utilisés de la même manière ! Certains voudraient bien un peu de repos, d'autres voudraient servir à autre chose que leurs tâches habituelles !
Alors quand Duncan veut utiliser sa boite à crayons, il y trouve toutes les lettres que lui ont envoyé ses crayons qui font la rébellion !!

 



 

Une lettre mise à la place d'une autre et hop, c'est tout le sens de la phrase qui s'en trouve bouleversé ! Voici une fête bien étrange, on a des boutons, on offre des litres de pirates... Découvres ce curieux anniversaire en compagnie de Capucine Oscar Ophélie Julia Phil

 

Les mots Passe-Passe et leur jeu de tirettes, sont des petits livres pour intéresser les enfants à la lecture, les sensibiliser dès leur plus jeune âge au sens des mots mais également à l'importance des lettres, des syllabes et des sons.

 



 

Un chat fouineur et passionné de romans policiers se balade dans sa rue. Derrière chaque fenêtre, il croit apercevoir un mystère. Mais lorsqu’on ouvre le rabat et pénètre dans la maison, aucun mystère.

La vie de chaque habitant est cependant pleine de surprises et chaque intérieur de maison riche d’une foule de détails à découvrir...

 



 

Mélanie, l'auteur, a fort à faire pour calmer son chat, Chester, qui a décidé de s'armer d'un feutre rouge et de reprendre page après page l'histoire d'une souris qu'elle décidait écrire.
Foi de chat, le héros ça sera moi!
Mélanie Watt fait elle-même et le texte, et les illustrations. C'est un texte très amusant qui nous fait découvrir toutes les astuces de ce chat capricieux et nombriliste pour devenir LE héros de l'histoire.

 



 

Les animaux de la forêt sont fatigués d'être en permanence poursuivis et pourchassés par le puma. Pour mettre un terme à leur calvaire, ils proposent à la féroce bête de lui préparer un repas par jour. Le vorace puma accepte le marché. Malheureusement, le lapin oublie de lui préparer son dîner...

 



 

Que se passe-t-il lorsqu'un gros ours qui a oublié d'hiberner, trébuche sur une petite tortue ? L'ours râleur et vantard lance un défi à la tortue... Mais petite tortue est beaucoup plus maligne que gros ours...

 



 

Amira la petite guenon a décidé d'aller explorer le monde. Première étape : traverser la rivière. Mais elle ne sait pas nager... Tant pis ! Elle va obliger le crocodile à la porter sur son dos. Bon plan, mais comment ne pas se faire croquer à l'arrivée ? Amira la petite guenon a plus d'un tour dans son sac !

 



 

Tatsu Nagata poursuit son exploration de la nature à travers une nouvelle collection pour les tout-petits intitulée «Les carré de nature ». Notre éminent spécialiste du monde animal s’intéresse ici à la découverte d’un milieu naturel en se centrant sur l’observation d’une dizaine de petites bêtes dans leur habitat. Sur le même principe que la collection « Les sciences naturelles de Tatsu Nagata », notre scientifique se met ici aussi en scène pour nous les présenter un à un, de manière sommaire et son humour habituel, en s’attachant bien sûr à leurs caractéristiques physiques ou comportementales, ou en distillant une anecdote ou un commentaire. Sur la dernière page, les plus jeunes retrouveront réunis les dix animaux. A eux bien sûr de voir s’ils sauront se rappeler de leur nom. Un petit album carré qui permettra d’aller à la rencontre d’une dizaine d’espèces avec délectation.