L'hiver, à peu de choses près, n'incite pas aux activités de plein air...

Alors quoi de mieux qu'un confortable fauteuil ou canapé, stratégiquement placé près d'un bon feu (ou radiateur), une petite table basse, avec café, thé ou boissons propres à vous réchauffer, quelques biscuits... ne manque plus, pour que le tableau soit idyllique qu'un bon livre pour méditer, s'émouvoir, rire...passer un moment de pure détente ! Allez, installez-vous !

 Le plus beau roman sur la musique depuis...

Le Temps où nous chantions (du même auteur).
Peter Als, 70 ans, est un compositeur solitaire, à la vie bien rangée. En quelques jours, son existence va basculer.
Une visite de la police, une infection bactériologique dans un hôpital de l’Alabama et Peter est soupçonné de terrorisme. La Sécurité nationale veut l’entendre, la presse s’en mêle, il préfère prendre la fuite. Commence alors pour lui un périple à travers les États-Unis, afin de retrouver certaines figures de son passé, son ex-femme, sa fille : un voyage clandestin dans l’espace autant que dans la mémoire, l’occasion d’une possible renaissance.
Dans son onzième roman, Richard Powers revient à son amour passionné de la musique pour en sonder les puissances. Le monde d’Orfeo fait défiler la bande-son du XXe siècle. C’est véritablement une fugue, au sens musical du terme, que l’auteur nous propose ici. Fugue pour échapper à une société de surveillance qui ne nous laisse d’autre choix que de devenir clandestins, fugue dans le passé où se trouvent, peut-être, les solutions à un présent problématique, fugue face à la mort qui, inexorablement, se profile.
Avec ce portrait d’un homme littéralement hanté par la musique et ses rapports avec la vie, Powers donne ici aux thèmes qui sont ceux de toute son oeuvre, une ampleur inégalée et s’impose comme l’un des romanciers les plus fascinants de la littérature américaine.

 



Deux femmes se parlent. Deux Iraniennes.               La première, née après la révolution de 1979, et qui n'a connu que le régime islamique, est une jeune comédienne au succès grandissant. La seconde, écrivain reconnu, a grandi dans l'Iran du Shah.
Nous les suivons pas à pas dans leur vie quotidienne. La première raconte son enfance, sa découverte de l'amour, ses engagements politiques, ses démêlés avec la censure, son exil. La seconde, installée à Paris depuis trente ans, se souvient de l'Iran de sa jeunesse où elle pouvait se promener sans foulard et en minijupe.
Un roman à deux voix se construit, drôle, pathétique, violent, doux parfois. Les deux femmes confrontent leur passé et leur présent, se racontent et racontent la vie des femmes dans l'Iran d'aujourd'hui.
Un livre bouleversant qui ne ressemble à aucun autre !

 



Deux Tony Hanssen, parfaits homonymes, flamands l’un et l’autre, tous deux en manque d’argent, dérivent dans des pays lointains. L’un, looser sans illusions, a quitté son milieu bourgeois provincial et ses études universitaires pour courir le monde d’un bateau de croisière à l’autre. Habitué à user de ses charmes auprès de riches passagères, il se trouve à Buenos Aires, gigolo de la vieille épouse d’un mafieux chinois, Bo Xiang, après avoir perdu gros dans la plus grande maison de jeu de Macao.L’autre, informaticien surdoué et arrogant, a fui la Belgique après la faillite de la banque qui l’employait. Les dirigeants voulaient lui faire porter le chapeau. Avec, dans ses bagages, des clés USB pleines de secrets d’affaires, il s’introduit dans une réserve naturelle d’Afrique du Sud pour traquer un animal protégé, ce qui peut lui rapporter gros. Les deux Tony se rencontrent en Asie et, par l’intermédiaire de Bo Xiang, s’apercevront que leurs destins sont liés.

Avec ces deux Flamands projetés dans le monde,

Tom Lanoye fait une nouvelle fois un portrait grinçant de la Flandre et à travers elle, de l’Europe dont elle est « le nombril malodorant ». Ces deux homonymes ne peuvent oublier leurs racines, leur petit pays plat aux idées étriquées, symbole d’un Occident usé qui contamine les autres continents.

 



« Il y avait eu des signes avant-coureurs la veille au soir, des barbares mais durant la nuit la situation s'était encore aggravée. Pendant que Preising dormait, l'Angleterre sombrait.» Amateur de pantalons en velours et de mocassins rutilants, Preising n'a guère l'âme d'un aventurier. Dans un luxueux club au coeur du désert tunisien, le voici contraint de côtoyer une horde de traders londoniens venus célébrer un mariage dans une débauche d'alcool et d'argent. Au lendemain d'une nuit de fête, la panique se propage à la vitesse de l'éclair : la Grande-Bretagne aurait fait faillite. Soudain ruinés, les golden boys perdent toute retenue. Du maître-nageur aux dromadaires, nul n'échappe à leur folie destructrice. Conte philosophique, roman de la crise économique, comédie de moeurs, Le Printemps des barbares est avant tout une formidable satire de notre époque.

 



« Qu’est-ce que c’est les vivants ? À première vue, tout n’est qu’évidence. Être avec les vivants. Être dans la vie. Mais qu’est-ce que cela signifie, profondément, être vivant ? Quand je respire et marche, quand je mange, quand je rêve, suis- je pleinement vivant ? Quand je sens la chaleur douce d’Elena, suis-je davantage vivant ? Quel est le plus haut degré du vivant ? »
Un cinéaste au mitan de sa vie perd son meilleur ami et réfléchit sur la part que la mort occupe dans notre existence.

Entre deux femmes magnifiques, entre le présent et le passé, dans la mémoire des visages aimés et la lumière des rencontres inattendues, L’Arbre du pays Toraja célèbre les promesses de la vie. Remarquable !!!

 



Vous connaissez Emma Bovary ? Voici sa cousine américaine, une adorable petite vache au destin tout aussi romanesque. Pour Elsie Bovary, le bonheur a toujours été dans le pré ? jusqu'au jour où elle comprend qu'elle est vouée à finir en steak haché. Flanquée de deux complices, Shlomo le cochon converti au judaïsme et Tom le dindon qui voulait voir Istanbul, Elsie, déterminée à éviter l'abattoir, se lance dans un rocambolesque projet de Grande Évasion.
Pour son premier roman, l'acteur David Duchovny détourne la fable animalière avec un toupet irrésistible. Best-seller aux États-Unis, Oh la vache !, signé par le plus célèbre chasseur d'aliens de toute l'histoire télévisée, est l'OVNI littéraire de l'année : une comédie aussi drôle et déjantée qu'un film Pixar, bourrée de clins d'oeil, politiquement incorrecte et moins candide qu'il n'y paraît, entre George Orwell et Tex Avery. David Duchovny écrivain ? Meuh non ! Meuh si !!

 



Avant que la guerre n’éclate, Jan et Antonina Zabinski dirigeaient le zoo de Varsovie. Leurs animaux n’ont pas survécu à la barbarie – les uns tués sous les bombardements, les autres expédiés à Berlin pour l’agrément des dignitaires du Reich, quand ils ne servaient pas de gibier aux fusils allemands.
L’idée vient alors aux époux d’élever du bétail. Pour nourrir les troupes, mais aussi les habitants du ghetto. Quant au réseau de souterrains reliant les cages, ils décident d’y cacher des juifs et de les aider à fuir la Pologne. Grâce au courage des deux époux, trois cents d’entre eux seront sauvés.
Porté par l’écriture flamboyante de Diane Ackerman, ce récit littéraire met en lumière un épisode méconnu de la Shoah. Où l’on voit un couple exemplaire, d’abord voué à la cause animale, s’engager soudain dans une lutte secrète et acharnée contre l’oppression nazie, qui leur vaudra d’être reconnus Justes parmi les nations.

 



Bornholm, une île danoise de la mer baltique, fin des années 1990. Le cadavre d'une jeune fille est retrouvé dans un arbre, son vélo broyé au bord de la route. Aucune trace du chauffard : affaire classée. Sauf pour un inspecteur de la police locale qui finit dix-sept ans plus tard par demander l'aide de l'inspecteur Carl Mørck. Avant de se tirer une balle dans la tête.
À l'initiative de Rose, l'assistante du flegmatique Mørck, l'insolite trio du Département V en charge des cold cases débarque sur l'île de Bornholm.

En remuant le passé, ils prennent le risque de réveiller de vieux démons...

Lire un roman de Jussi Adler-Olsen, c'est comme retrouver de vieux amis. Des amis lointains, qu'on a malheureusement l'occasion de ne voir qu'une fois par an, mais dont les retrouvailles sont toujours un moment fort en émotions !

 



Eté 1943. Il y a des endroits pires que Zurich, et Bernie Gunther est bien placé pour le savoir. Quand Joseph Goebbels, ministre en charge de la propagande, lui demande de retrouver l'éblouissante Dalia Dresner, étoile montante du cinéma allemand qui se cache d'après la rumeur à Zurich, il n'a d'autre choix que d'accepter. Mais, très vite, cette mission en apparence aussi aguichante que l'objet de la recherche, prend un tour bien plus sinistre.
Car le père de Dalia Dresner est en fait un croate antisémite de la première heure, sadique notoire, qui dirige un tristement célèbre camp de concentration de la région. Et la police suisse exige au même moment que Gunther fasse la lumière sur une vieille affaire qui risque de compromettre des proches de Hitler.

La Femme de Zagreb est une histoire formidable, extrêmement bien documentée sur cette période cauchemardesque, avec son héros cynique, attachant, et toujours aussi indomptable.

 



Sur une vidéo anonyme adressée à la police criminelle, une femme est en train d’enfiler son collant, probablement filmée à son insu. Le lendemain, elle est retrouvée assassinée à coups de couteau. Lorsqu’elle reçoit une deuxième vidéo, la police panique à l’idée d’avoir un train de retard sur le meurtrier. Tout est mis en oeuvre pour identifier la prochaine victime. En vain. Puis le même scénario se répète… et les cadavres se multiplient : un tueur en série voyeuriste balance ses exploits sur internet juste avant de passer à l’acte. Et la police est dans l’impasse. Un nouveau meurtre survient : cette fois les enquêteurs découvrent sur place un homme en état de choc. Il a nettoyé la maison de fond en comble avant d’allonger confortablement le corps mutilé de sa femme dans le lit conjugal, mais ne se souvient plus de rien.
Pour forcer les barrages de la mémoire, la police fait appel au Dr Erik Maria Bark. L’hypnotiseur va reprendre du service, pour la première fois depuis très longtemps, loin de se douter que ses découvertes l’entraîneront dans une dangereuse spirale mensongère qui pourrait s’avérer fatale.
Verrouillez la porte, tirez les rideaux et savourez le frisson de ce thriller magistral et haletant de l’unique Lars Kepler !

 

 

 



En 1943, le monde est en guerre mais aux USA la mafia est prospère. Après avoir régné sur le trafic d'alcool en Floride, Joe Coughlin a passé la main à son second Dion Bartolo. Joe agit comme conseiller occulte pour les gangsters Meyer Lansky et Lucky Luciano. Mais un jour, il reçoit la visite d'un gardien de prison qui est porteur d'un terrible message : quelqu'un veut sa peau. Troublé par cette mise en garde, Joe cherche à découvrir qui est son ennemi. L'enjeu est d'autant plus sérieux qu'une taupe a rencardé la police sur l'existence d'un labo de drogue clandestin...

Dans un style magnifiquement ciselé, Lehane dépeint ce monde de gangsters à la fois sombre et violent dans lequel crime, sang, passion et vengeance constituent les nouveaux ingrédients de l’American way of life.

Passé maître dans l’échantillonnage du récit, dans l’écriture de la sensation, Dennis Lehane nous sert ici un monument de (pur) plaisir !!!

 



Un bâtiment sinistre perdu sur une île de la Nouvelle-Angleterre : voici à quoi ressemble l’hôpital dans lequel le docteur John Shepherd débarque pour travailler sous la direction du Dr Morgan.
Progressivement, Shepherd découvre les méthodes thérapeutiques de Morgan et ce qu’il inflige à ses patientes. L’une d’elle l’intrigue particulièrement. Jane est une étrange jeune fille amnésique, fascinée par les livres, mais qui ne réussit pas lire. Comme si quelqu’un, avant, le lui avait interdit.
Shepherd se plonge dans les mystères du passé de Jane. Progressivement, il se rend également compte que tous les occupants de l’asile ont leurs secrets. Qui est cette femme aux pulsions meurtrières qui erre dans les couloirs la nuit ? Pourquoi l’infirmière en chef le déteste-t-elle autant ?

Et pourquoi est-il formellement interdit de se rendre au dernier étage ?

Un triller sous forme de huis-clos inquiétant, aux atmosphères très Edgar Allan Poe !

 



En février 2013, alors qu'il achevait la rédaction de son coming out religieux - où il se dévoilait chrétien passionné de théologie -, Michel Delpech apprenait l'impensable : lui, le chanteur à la voix d'or, était atteint d'un cancer de la langue. Du jour au lendemain, sa vie en a été bouleversée. Il reprend aujourd'hui la plume pour raconter son chemin face à la maladie. Il lève le voile sur l'après.
Car ce cancer l'a transformé. Lui qui, admet-il, n'avait jamais été «un joyeux drille» redécouvre la beauté de la vie. L'amour, les petits plaisirs, l'écoute de soi sont ses nouvelles armes. Un témoignage éblouissant de force et de franchise.

Ce combat, le chanteur, l'a malheureusement perdu le 2 janvier 2016, entouré de ses proches...

Nous restent de formidables chansons, telles que « Wight is wight », « Chez Laurette », « Le Loire-et-Cher »,... à fredonner éternellement !

 



« 11 janvier 2015, 4 millions de Français défilèrent pour Charlie.
13 novembre 2015, l’islam radical tue plus de 130 personnes et fait plusieurs centaines de blessés : des vies volées, des destins brisés. Leur crime : être libres.
Renoncements, lâchetés et déni, la République a été frappée en plein cœur.
Que s’est-il donc passé, dans ce pays, pour que les coupables de janvier aient été perçus comme des victimes ? Pour que les défenseurs de la République soient montrés du doigt et sommés de se taire ? Pour que la laïcité soit abandonnée et le communautarisme triomphant ? Pour que le combat féministe oublie ses propres exigences ? Pour que l’école soit livrée à ceux qui la détruisent ? Pour que l’autorité et l’ordre, enfin, soient regardés comme des valeurs d’hier – et, à ce titre, démodées et méprisables ?
On dirait que Marianne, désormais, dérange tout le monde. Sera-t-elle, demain, lapidée ? » A méditer...

 



Voilà le récit minutieux, heure par heure, minute par minute, des trois jours de janvier 2015 où tout a basculé pour la société française, de l’attaque de Charlie Hebdo à la prise d’otages de l’Hyper Cacher.
C’est un livre au plus près possible des faits. Il raconte la tension, les nuits, les accélérations, les pauses, la sidération, la révolte et la peur. La traque des assassins et les failles dont ils ont profité. La course contre la montre pour empêcher qu’ils ne recommencent. Le courage des victimes. La petite histoire des anonymes et la réaction des autorités.

 

Même celui qui, à la recherche d’une thérapie, a l’impression d’avoir tout lu ou vu sur ces événements, apprendra une foule de petites choses. De celles dont on a besoin face à la force d’une telle histoire, comme s’il fallait absolument tout savoir pour se sentir un peu moins mal. C’est un tour de force que de nous donner l’impression de découvrir encore des éléments après une couverture médiatique hors normes. Mises bout à bout, ces innombrables précisions bâtissent la force et forment le souffle de ce livre. Sans aucun doute un livre à lire absolument... si vous avez encore l’énergie d’en savoir plus sur janvier 2015.

 



 

Agissons ensemble pour les réfugiés ! Avec ce livre, plus de 40 éditeurs jeunesse souhaitent porter ensemble un message de bienvenue et de solidarité.

Daniel Pennac, voix majeure de la littérature, nous invite d'abord à réfléchir et à ouvrir grand notre esprit et notre coeur. Puis Jessie Magana et Carole Saturna, à partir des 8 lettres du mot RÉFUGIÉS, proposent 8 courts textes pour aider les plus jeunes à comprendre.Serge Bloch apporte l'humanité de son trait à ce petit livre solidaire, à partager le plus largement possible !

 



Pour les orphelins du train, séparés injustement depuis 70 ans, l’heure des comptes a sonné…

 

À sa mort, Lisa, l’adolescente qui avait pris soin des orphelins déplacés vers l’Ouest américain dans les années 1920, laisse une lettre dévoilant le secret d’Harvey. Le garçon qui a volé l’identité de Jim, l’un des orphelins, a été témoin d’un meurtre commis par Joey, le jeune frère de Jim. Soixante ans plus tard, Jim et Joey, âgés mais toujours solidaires, décident de se rendre chez Harvey pour apprendre la vérité à leur petite soeur Anna, restée toute sa vie auprès de celui qu’elle pense être son frère.

Sixième tome et fin du 3ème cycle de cette FORMIDABLE série, pour ceux qui apprécient l'histoire avec un grand H !!!

 



 

Que ce soit pour faire enrager mes parents, torturer mon stupide chat, lutter contre Jade et ses copines ou briser le cœur de Geoffroy... j'ai toujours une idée intéressante!
Une bonne dose d'humour noir et un soupçon de tendresse, voici la recette d'Adèle, une héroïne d'un nouveau genre... Accrochez votre ceinture, ça va déménager!

 


 

Une série amusante et tendre, qui déroule mois après mois les péripéties de la vie quotidienne d’un petit garçon et ses apprentissages. Le lecteur découvre Jules à l’école, en classe, en récréation, chez ses amis ou dans son cadre familial.
Très largement illustrée par Colonel Moutarde, cette série d’Hubert Ben Kemoun inscrit l’enfant à la fois dans la société et dans son imaginaire. L’écriture du Je permet une proximité complice entre le lecteur et le héros.

 


 

Après la mort de ses parents dans un tragique accident de voiture, Stella Saxby devient la seule héritière du manoir familial. Mais, fait étrange, Stella n'a aucun souvenir de l'accident... Et comble du malheur, c'est son abominable tante Alberta qui désormais s'occupe d'elle !
Véritable terreur, affublée d'un hibou domestique, la vieille femme semble prête à tout pour récupérer l'acte de propriété du manoir et se débarrasser de sa nièce. Prête à vraiment tout... Heureusement, seule Stella sait où le trouver, et elle est bien décidée à garder le secret coûte que coûte ! 

 



En allant vers mon casier, j’ aperçu de loin quelque chose sur la porte : un mot écrit au marqueur noir. Plus j’approchais, plus je voyais nettement l’inscription. Elle me criait, claire comme de l’eau de roche : « SALOPE »
La vie de Regan bascule le jour où, en arrivant en cours, elle découvre ses messages privés placardés sur tous les murs du lycée. Vacheries, mensonges, insultes, manipulations : tout est là, exposé aux yeux de chacun.
En une seconde et quelques clics, la vie de Regan bascule…
Elle devient une véritable paria. Ses amies lui tournent le dos, et les autres élèves du lycée commencent à lui faire vivre un enfer. Du jour au lendemain, Regan n’a plus d’autre choix que de devenir transparente. Mais qui, parmi ses soi-disant fidèles alliées a pu la trahir ainsi ? Et pourquoi Nolan, mystérieux jeune homme au charme trouble, est-il toujours sur son chemin ?
La chute de Regan n’est qu’un début. Et personne n’en sortira indemne…

 



Vous, les gens normaux, êtes tellement habitués à la réalité que vous n'envisagez pas qu'elle puisse être mise en doute. Et si vous n'étiez pas capables de faire la part des choses ? Jour après jour, elle se retrouve confrontée au même dilemme : le quotidien est-il réel ou modifié par son cerveau détraqué ? Dans l'incapacité de se fier à ses sens, à ses émotions ou même à ses souvenirs, mais armée d'une volonté farouche, Alex livre bataille contre sa schizophrénie. Grâce à son appareil photo, à une Boule Magique Numéro 8 et au soutien indéfectible de sa petite sœur, elle est bien décidée à rester saine d'esprit suffisamment longtemps pour aller à l'université. Plutôt optimiste quant au résultat, Alex croise la route de Miles, qu'elle était persuadée d'avoir imaginé de toutes pièces... Avant même qu'elle s'en rende compte, voilà que la jeune femme se fait des amis, va à des soirées, tombe amoureuse et goûte à tous les rites de passage de l'adolescence. Mais alors, comment faire la différence entre les tourments du passage à l'âge adulte et les affres de la maladie ? Tellement habituée à la folie, Alex n'est pas tout à fait prête à affronter la normalité. Jusqu'où peut-elle se faire confiance ? Et nous, jusqu'où pouvons-nous la croire ?

 



Jude et Lucy sont des jumeaux de 15 ans. Leur mère, qui n’était pas leur mère biologique, a disparu il y a un an. Noel, le père, un spécialiste des Beatles excentrique et distrait, essaie de faire son deuil tandis que les jumeaux tentent de survivre à leur premier été sans leur mère… C’était sans compter sur Marilyne, la grand-mère fantasque et rock and roll, qui décider de les emmener sur les traces de leur mère biologique. Avec Marilyne, et à l’insu de Noel persuadé qu’il s’agit de simples vacances, les jumeaux, bientôt accompagnés de la chienne Simone, partent sur les traces des ex de leur père. Un périple touristique totalement déjanté qui les mènera jusqu’à Hong Kong, en passant par Rome, Bruxelles ou encore Oxford… et qui les verra se confronter à des mères potentielles qui n’ont pas forcément tout de la candidate idéale !
Un road trip aussi hilarant qu’émouvant : comment résister à cette famille totalement fantasque et hors-norme ?

 



Alfie Bloom est un garçon ordinaire, jusqu'au jour où il reçoit un héritage inattendu : un château ! Et pas n'importe lequel, le château d'Hexbridge, un endroit bizarre où les majordomes ont de bien étranges pouvoirs et où les peaux d'ours peuvent voler. Le garçon y découvre bien vite que les circonstances de sa naissance font de lui l'unique gardien d'une magie vieille de plusieurs siècles. Avec l'aide de ses cousins, Maddie et Robin, il devra tout faire pour la contrôler et la protéger des forces obscures qui veulent s'en emparer.

 

Magie, humour, personnages tendres, loufoques ou flippants, mystères et secrets enfouis mais surtout une plume fluide et entraînante sont la recette d'une série, dont voici le tome 1 !

A suivre !